Menace chômage, quand tu nous tiens…

Par défaut

Dans trois mois mon stage arrive à expiration, tout comme mon statut d’étudiante. Envoles petits privilèges de fifille entretenue. Apres 6 ans et demi de gracieuses subventions parentales, l’heure du retour sur investissement a sonné. Et puisque j’ai eu la bonne idée de m’assigner comme mission de changer le monde, autant m’y mettre tout de suite car j’ai du pain sur la planche.

Alors hier, j’ai eu la bonne idée de me mettre à chercher un travail. Au Cambodge s’il vous plait. Et pour un peu plus de 400 $ par mois qui plus est. Oui je sais je ne manque pas d’air de réclamer un salaire correct, alors même que je bosse pour le salut des pauvres. Sauf qu’a la relecture de cette phrase, et si l’on y réfléchit bien, ma requête est d’une logique cartésienne, imparable. Vous me direz si vous avez saisi mon raisonnement.

Un jour plus tard, je fais le bilan de mes recherches :

–          J’ai envie de pleurer quand je lis une offre de poste

–          Je suis incapable d’expliquer quelles sont mes compétences, ni ce que ce mot signifie

–          J’actualise toutes les 10 minutes ma boite de réception pour constater avec désespoir que les trois candidatures envoyées la veille n’ont toujours pas obtenu de réponse

–          Pétrie d’angoisse je n’arrive pas à me souvenir pourquoi je n’ai pas fait une école de commerce ou une troisième année de prépa et l’ENS

–          Je recherche désespérément une case à cocher pour filtrer ma recherche entre « Accounting », « Computer development », « Health/Medical » et « Law »

–          Je me sens comme une merde internationale

Et soudain je constate avec horreur que j’y ai succombé. Oui, j’ai succombé a ce mal latent chez une génération de jeunes a qui on a répété la même rengaine depuis l’obtention de leur baccalauréat : « Ya pas de débouchés », « Ca paye pas », « Le chômage augmente, surtout chez les 18-25 ans », « Fais une école de commerce », « Alfred, diplômé du Master de Sciences politiques de la Sorbonne enchaine les CDD chez Starbuck depuis 2 ans », « Estelle, BTS communication et MBA dans une école de journalisme, est pigiste au Journal des Flandres et serveuse le week-end », « Laura, après un master dans l’humanitaire, est en stage a la Croix-Rouge depuis un an et gagne 417 euros par mois a Paris ». Etc.

Je m’étais jurée de ne pas me laisser prendre a cette logorrhée lobotomisante et voila que je me retrouve le nez dans mon propre combat intérieur entre croire les autres, et croire en moi.

Et merde…

"

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s