Le grand deferlement

Par défaut

En ce moment au Cambodge, il se passe un phénomène sociologique intéressant : c’est la saison haute, haute renvoyant ici à l’accroissement fulgurant et incontrôlable du nombre de touristes au mètre carre dans l’ensemble du pays.

Je suis intimement persuadée que, a l’instant même ou la dernière goutte de pluie s’est écrasée sur le sol cambodgien, dans tous les aéroports du pays les portes de dizaines de cockpits se sont toutes ouvertes au même moment, laissant se déferler un flot interminable de visiteurs. A croire qu’ils étaient juste planques pendant tout ce temps, à attendre que Dame Mousson daigne fermer le robinet.

Ben c’est que c’est l’hiver au Cambodge en ce moment, du coup il fait que 25 degrés.

Résultat, depuis trois semaines, des que je vais diner dans un resto, il est plein. Des que je vais boire un verre dans un bar, il est plein. Des que je vais me trémousser sur une piste de danse en bonne clubbeuse que je suis, elle est pleine. J’ai pas un mètre carre d’espace vital sur le dance floor. Et ca, c’est intolérable.

Pis, je me retrouve confrontée à des situations totalement loufoques :

La dernière fois je voulais diner à Romdeng. Vous savez, le restaurant géré par Friends ou on mange des tarentules. Une copine de France était de passage, il fallait que je sois corporate. On nous fait attendre 45 minutes alors que bon c’est quand-même parce que je dissémine des pubs dans tous les magazines de la ville que cet endroit fait un carton. Aucune reconnaissance pour mon travail… Passons.

Une fois installes, je réalise mon petit détour usuel par les commodités et je comprends alors la raison de notre attente. A l’intérieur du restaurant, il y a l’équivalent du rassemblement de tous les clubs de belotte de France et de Navarre, tranquillement attables a des tables de 30 mètres de long, en train de s’enfiler Amok et bouteilles de vin. On se croirait dans les Bronzes, version 3eme âge. Une véritable invasion de vétérans hexagonaux.

Et la je me suis dit « C’est parti pour trois mois ».

L’autre jour, en allant au bureau, j’ai laisse passer une colonne de 10 cyclo-pousse transportant chacun un touriste sur le boulevard Norodom. Un cyclo-pousse ca ressemble à ca :

Oui la photo date mais ca a toujours sensiblement la même gueule.

En temps normal, c’est-a-dire pas en novembre, décembre, janvier, il doit y avoir 8 cyclo-pousse qui sillonnent la ville en tout et pour tout. Depuis le 1er novembre, c’est un festival de cyclo-pousse à Phnom Penh. C’est à se demander ou ils étaient tous ranges pendant tout ce temps et a quoi étaient occupes leurs conducteurs. Je les soupçonne fortement d’avoir troque leur moto-dop contre un cyclo-pousse a l’aube du grand débarquement, c’est tellement plus sooo typical (mon cul ouais). Pour les touristes, le cyclo-pousse c’est le kiffe intégral : ca ne doit pas dépasser les 4 km/h, ce qui a pour double avantage de leur laisser le temps d’admirer le paysage (20 minutes pour la façade du palais royal) et de ne pas présenter un grand danger de collision dans cette circulation de fou (enfin ya toujours l’option aplatissement par un Hummer). En plus, ca leur permet de rincer un pauvre et leur conscience par la même occasion.

Allez, je suis bien méchante envers ces pauvres touristes. Au fond je n’ai rien contre eux, ils me font bien marre dans leur véhicules moyenâgeux avec leurs krama autour du coup et leurs havanas. Et en plus grâce a eux, on double notre chiffre d’affaire (faut pas oublier que je fais du business moa, derrière mes grands discours Je sauve la planete !).

Mais bon des fois j’ai des relents d’agoraphobie qui me rattrapent et je suis prise d’une envie subite de sauter dans le premier avion pour retrouver les champs de papates de Ledringhem dis donc !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s