Archives Mensuelles: avril 2012

Ceci est un message à tous les Français…

Par défaut

… qui attendent le débat entre les deux candidats a la présidentielle pour faire leur choix définitif.

Je voudrais vous dire que ceci est complètement débile ceci n’est pas une très bonne idée.

And here is why.

Tout d’abord je constate avec effarement que certaines personnes hésitent encore à voter Sarkozy. Laissez moi m’étouffer de rage sur la connerie humaine loler. Heureusement pour moi, certains médias autres que ce petit blog sans prétention ont eu la présence d’esprit de nous livrer en bon et due forme une synthèse des raisons pour lesquelles cet homme n’avait plus sa place a la tête de l’Etat et devait gentiment mettre la clé sous la porte (parce que j’ai autre chose a foutre moa figurez-vous).

Donc, avant de lire cet article, vous pouvez toujours faire un tour par ici, ou par la.

Pour les plus mordus du Sarkozysme – coucou les fashos (ah ca va on peut rigoler nan ?) – qui vont me ressortir des arguments très convaincants absurdes du type :

–          Le CAC 40 préfère Sarko

–          Les assistés dépensent leurs thunes dans des télévisions

–          Mes parents votent Sarko

–          Hollande ressemble à un flamby

(Excusez-moi mais ces derniers jours je n’ai rien entendu qui vole plus haut que cela et encore ca venait d’amis a moi (ou de ministres LOL)) (Si vous avez des arguments plus convaincants je suis preneuse).

Bref, pour les autres, je disais donc qu’il ne sert a rien d’attendre le débat de samedi pour se décider et qu’il serait grand temps de se bouger les fesses (ou, au hasard, d’ouvrir un JOURNAL par exemple).

Car l’issue de ce débat est très claire : Sarkozy va passer pour le gagnant, le plus fort, le plus impressionnant, et Hollande pour une mauviette mollassonne, ce qui va donner raison a tous ses détracteurs.

Que va-t-il se passer ?

Hollande est à ca de la victoire. Mais tout peut encore basculer, dans la mesure où des milliers d’électeurs n’attendent que ce débat pour prendre leur décision finale (ého les électeurs c’est a vous que je parle !). Cette pression incroyable va se sentir pendant le débat. Sarkozy, l’UMP et tous les français en mal de chahutage et de joute verbale vont être aux abois de sa première bafouille, de sa première hésitation, de la première question qu’il éludera, et il le sait. Bref, il risque fort de fondre comme un Flamby dont Sarkozy ne fera qu’une bouchée – gloups.

De l’autre coté de la table, Sarkozy a l’énergie du désespoir. Il est temps pour lui d’abattre ses dernières cartes, de commettre ses dernières bassesses, d’être sans pitié. Il n’a plus rien à perdre, tout a gagner. Il sera agressif, offensif, provocateur, déloyal, fourbe, perfide… Mais cela personne ne s’en rendra compte car il va livrer aux français exactement ce qu’ils ont envie de voir : un combat sans merci ou tous les coups bas sont permis. Un fauve déchainé dans le cirque devant une foule euphorique qui a soif de sang.

That’s it.

Quand au fond du débat, franchement, qui s’en soucie aujourd’hui… Je pense qu’on en a entendu suffisamment durant les derniers mois, non ?

Voila donc ce qui va se passer. En deux heures, les français (pas tous heureusement) sont capables d’oublier 5 ans de mensonges, de scandales, de violence, de médiocrité, de discours nauséabonds, d’incitation a la haine, d’attisement de la peur… et surtout deux dernières semaines de campagne marquée par la résurgence de valeurs pétainistes, puis leur déni maladroit, la révélation de financements extrêmement troublants en 2007 et un relent xénophobe en extra !

L’impression provoquée par la violence de l’Ultime Affrontement dans l’Arène suffira à balayer tout ca d’un revers de main.

DONC : Chers français tiraillés, je pense que vous avez déjà toutes les cartes en main pour choisir de la couleur que vous voulez donner a la France des 5 prochaines années… Il serait plus sage je pense de se décider maintenant.

Sinon, vous pouvez toujours voter blanc.

Lettre ouverte a Monsieur Sarkozy

Par défaut

Monsieur le Président de la République française,

Je vous écris pour vous faire part de la consternation dans laquelle j’ai été plongée lorsque j’ai réalisé que je ne pourrais pas être présente à votre grand meeting sur le Vrai Travail le 1er Mai.

Tout d’abord je voudrais saluer cette idée d’organiser un meeting pour célébrer le travail le jour ou toute la France est en congés et n’a qu’une idée en tête : ne pas entendre parler de boulot (c’est un peu comme quand vous avez accueilli le Colonel Kadhafi le jour de l’anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Je me souviens : qu’est ce que j’avais rigolé…).

Moi aussi Monsieur Sarkozy, je suis une adepte du Vrai Travail. Je fais partie de ceux qui travaillent dur, je me lève tous les matins à 5h30 pour travailler pendant 8h, et ce 6 jours sur 7 et j’espère bien continuer comme ca jusqu’à 75 ans au moins. Je fais partie de ceux qui sont exposés car il n’existe pas de syndicat pour défendre les travailleurs dans l’usine ou je travaille, grand bien nous en fasse (manquerait plus que ca) ! Je fais partie de ceux qui souffrent car mon travail est physique et exténuant et qu’en plus je le déteste parce qu’il est totalement abrutissant. J’aspire au jour ou vous aurez enfin remis la France au Vrai Travail et ou tous les français partageront mon train de vie. Ce sera la un grand jour pour la France Monsieur Sarkozy.

Moi aussi Monsieur Sarkozy je déplore le Faux Travail. Ces jeunes entrepreneurs qui ne s’octroient pas de salaire pendant plusieurs années pour pouvoir faire vivre leur projet et leurs rêves. Ces mères de famille au chômage qui se démènent pour faire manger leurs progéniture tout en suivant des formations et envoient candidatures sur candidatures pour retrouver un emploi et être en mesure de s’offrir une vie digne. Ces étudiants tout juste diplômés qui ont voulu suivre leur voie et sont retournés chez leurs parents en attendant de décrocher le job auquel ils aspirent… Non, moi, a partir du moment ou ces gens touchent le RSA ou les alloc’ (alors qu’ils ont clairement d’autres alternatives, comme cesser de s’alimenter et aller vivre dans la rue), je les mets tous dans la même catégorie : celle des assistés.

Moi aussi Monsieur Sarkozy, j’en ai ma claque de ce que vous appelez Les Corps Intermédiaires qui ne servent qu’a bloquer les réformes du votre Super Pouvoir en représentant un peuple qui, de toute évidence, ne comprend rien a rien (heureusement que vous êtes la pour décider a sa place de ce qui est bon pour lui, au peuple). Non, moi je suis pour une France sans Société Civile, sans syndicats, sans grève (car c’est juste une excuse pour toutes ces feignasses pour ne pas aller travailler), ou le Président (enfin, surtout si c’est vous) détiendrait les pleins pouvoirs de décider de l’avenir de sa population. Ca a l’air de plutôt bien marcher dans certains pays Arabes, comme en Syrie par exemple (quoiqu’en ce moment il me semble que ca chauffe un peu, mais je ne sais pas trop, je ne suis pas beaucoup l’actualité dans les pays Arabes. Entre nous Monsieur Sarkozy, des Arabes yen a bien suffisamment ici non ?).

Monsieur Sarkozy, je vous témoigne encore une fois de mon soutien le plus profond et le plus indéfectible. Ne vous laissez pas faire par ces mollasses socialistes ! Dire qu’ils voulaient mettre un violeur obsédé sexuel à la tete du pays ! Bon, bien sur à l’époque ils n’étaient pas au courant de sa pathologie mais ce genre de chose se pressent. Vous l’aviez bien pressenti vous, quand vous l’avez placé a la tete du FMI non ?

Monsieur Sarkozy on vous a si injustement traité, vous qui êtes un si Grand Homme avec des valeurs si nobles. Vous avez raison, vous êtes une Grande Victime de la Société, vous n’avez pas mérité cet acharnement que l’on a montré a votre égard.

Vivement que vous soyez réélu Président de la République française Monsieur Sarkozy, pour qu’enfin les choses bougent : que la viande hallal disparaisse de nos étals (c’est ma principale préoccupation) et que les pauvres se fassent un peu botter le cul.

Avec toute mon admiration,

Une anonyme éperdue

Je crois que je ferais bien d’écrire un article sur mon récent voyage dans un beau pays exotique limitrophe du Cambodge…

Par défaut

… ou a la rigueur sur le score de Marine Lepen au premier tour de l’election presidentielle.

Mais non, a la place je vais parler GEEK. Vite fait, juste histoire de dire que je suis de retour sur l’Interweb (apres je vous bassinerai d’anecdotes sur le Pays au Million d’Elephant et de diatribes sur la France des Fashos ne vous inquietez pas).

Alors premierement il y a ces gens, je ne sais pas qui ils sont, mais eux ont l’air de bien m’aimer parce qu’ils postent mes articles sur leurs comptes facebook. Le record de partage est détenu – quand-meme – par cet article ou je raconte mon tete a tete traumatisant avec… un loc-lac. 22 personnes (bon ok 21 si je me retire) ont jugé que cet article avait sa place sur leurs super walls… Mais QUI sont ces gens? Vraiment je m’interroge (en revanche ca me fait tres plaisir donc si vous pouviez continuer je vous en serait éternellement reconnaissante) (je vous aime).

Deuxiemement, puisqu’on/je parle Réseaux Sociaux et autres geekeries, j’ai l’immense joie de vous annoncer que je suis enfin sur TWITTER.

Et que j’ai – attention attention – 2 followers!! (yeah).

Bon pour le moment je vois pas encore trop l’interet de ce nouveau joujou, a part si on aime etre inondé d’infos que l’on ne lit jamais (en temps de campagne electorale, decider de suivre Sarko et Hollande c’est a vous dégouter du tweet c’est moi qui vous le dit). Mais bon, sait-on jamais, peut-etre que si un jour des gens se decident a suivre ma vie trepidante, je deviendrai une adepte du live-tweet et que je me mettrai a poster sans arret des informations a caractere fondamental du type : « Tiens il pleut au Cambodge. C’est normal, c’est la mousson hihi ». Ou que je fermerai mon compte.

Ca donne envie non? Bon enfin pour les potentiels interessés, c’est par la que ca se passe.

Enfin last but not least j’ai – enfin – découvert les widgets (il m’aura fallu 8 mois). Je ne vais pas me lancer dans une tirade d’explication de ce que sont les widgets car je ne le sais pas moi-meme ce n’est pas tres interessant. L’essentiel a retenir est qu’a partir de desormais, il existe un petit bouton en haut a droite de la page de mon blog, ou les gens peuvent cliquer s’ils ont envie d’etre spammés a chaque fois que je publie un article (genre ca peut etre utile pour les personnes qui m’ont deja redemandé 8 fois l’URL de mon blog par exemple!). Donc ABONNEZ VOUS!

A bientot sur l’Interweb.

Vivre avec des individus a tendance mâle…

Par défaut

J’hésite toujours un peu avant d’étaler ma vie sur ce blog (ca vous en bouche un coin hein ?) parce que bon, d’une  je trouve ça un peu nombriliste et de deux, elle n’a rien d’extraordinaire, ma vie, au fond.

Et puis des fois je la regarde comme ça (ma vie) et je me dis qu’au fond, elle est quand-même pas mal.

Par exemple, en ce moment, je vis avec cinq mecs. Oui, cinq.

(Enfin je crois. J’ai arrêté de les compter au bout d’un moment.)

Ce sont des choses qui arrivent.

Bon, vivre avec cinq mecs, c’est pas si difficile que ça en a l’air… Venez me chercher c’est un enfer je vis prés du bar a putes le XO club a Phnom Penh (c’est au Cambodge) le tuk=tuk devrait connaitre dépêchez-vous !!!

Enfin ça va quoi. PLUS JAMAIS !

Il suffit juste de :

1) Recruter une bonne femme de ménage (définitivement ranké number one sur la liste des choses à avoir im-pé-ra-ti-ve-ment quand on vit avec 5 mecs) (heureusement je vis dans le Tiers-Monde, des femmes de ménage pour expats c’est pas ca qui manque)

2) De faire une croix sur toute velléité révolutionnaire a tendance féministe (oui faut zapper toutes ces histoires de parité des genres, d’émancipation sexuelle et compagnie, dans une coloc de 5 mecs et une fille, la fille est et reste le sexe FAIBLE !) (mais ca va je le vis plutôt bien)

3) De ne pas s’offusquer du montant ahurissant d’expressions salaces et de blagues graveleuses sur, entre autres choses, nous-les-femmes, que l’on peut entendre au cours d’une journée

4) De ne pas être outre mesure dérangée par la vision de torses nus luisant de sueur surplombant des caleçons défraichis, affalés dans le salon

5) Et de pas trop croire que parce qu’on est la seule fille d’une coloc de 6 personnes, on peut jouer les princesses effarouchées. Non ce statut la on peut s’asseoir dessus toudsuite.

N’étant une grande admiratrice du combat de Simone de Beauvoir que lorsque cela m’arrange (c’est-a-dire pas très souvent puisque je vis au Cambodge, soit bien loin de ce type de considérations philosophiques…) et étant doté d’un seuil de tolérance a l’humour gras a tendance élevée, je m’accommode plutôt bien de cette situation.  Et puis je sais qu’en cas de pépin avec ces males, je bénéficie d’un avantage certain : je sors avec celui qui est, DE TRES LOIN, le plus costaud de la coloc…

(LOL !)

Non, le seul souci que je rencontre, c’est rapport a la métamorphose que j’observe s’opérer en moi-même en conséquence. Nous les êtres humains avons une faculté d’adaptation qui nous dépasse, sachez-le.

Simone, puisqu’on en parle, a bien dit : « On ne naît pas femme, on le devient ». J’ose avancer à mon tour, et sans prétention, qu’on peut également ne pas naitre homme mais le devenir, si l’on y prend pas garde. Si bien qu’au bout d’un moment, on finit par se fondre dans cette masse testosteronée a tel point que plus personne dans la coloc (et dans la vie) ne remarque que vous êtes (eh oui) toujours une fille.

Car même si des fois, avec mes copines, je vais dans des spâs me faire masser ou que je parle maquillage/épilation/prochaine robe sur mesure qu’on va aller se faire faire chez le tailleur, il n’empêche que je peux aussi converser pendant un temps interminable avec mes colocs sur la question de savoir si telle meuf est bonne ou non et si moi j’aurais, éventuellement, envie de me la faire.

Idem, le soir, fini la salade accompagnée d’une tisane détox. Dorénavant, la question est plutôt de savoir si je vais prendre une bière ou un pastis avec mon hamburger et mes patates.

Bon et puis aussi maintenant je sers la main des gens pour leur dire bonjour les gens me serrent la main pour me dire bonjour.

Ya comme un problème.

Nan mais ca va, je BLAGUE les garçons ! Je vous aime bien.

Et de toute façon vous pouvez toujours vous brosser avant de réussir à m’emmener à la muscu. Donc tout va bien, t’inquiete Simone.

Travailler le samedi matin, c’est naze

Par défaut

Pour une raison surement liée a cette pathologie qui fait de moi-même une personne a tendance tout faire a la dernière minute, je me retrouve ce matin enfermée dans un bureau et condamnée a passer mon week-end a écrire un business plan de 40 pages que je n’ai bien évidemment pas commencé…

Franchement, c’est vraiment pas le bon (business) plan.

En arrivant je me suis dit « Après Facebook et Hotmail, je me mets à travailler ».

J’ai passé 30 minutes sur Facebook a liker tout et n’importe quoi, et puis j’ai répondu à tous les mails à la bourre de mon hotmail, ce qui m’en a pris 20 de plus, mais qui m’a évité de me mettre à travailler.

J’ai regardé par la fenetre. Pendant 5 bonnes minutes de plus.

Après j’ai fermé facebook et j’ai ouvert une page word. Et je me suis dit « Je retourne quand-même juste vite fait checker mon profil facebook – au cas ou j’aurais recu une notif tres importante pendant tout le temps que j’ai mis a ouvrir une page Word voyez-vous – et après je me mets à travailler ».

J’ai lu le blog de Rachel, je suis retournée sur facebook, j’ai partagé son article sur mon mur et je me suis dit « Je me fais un café et après je me mets à travailler ».

J’ai bu un café en lisant le blog des princesses et en poussant des oh et des ah et en me disant que putain moi aussi j’veux être une princesse pour savoir raconter ma vie de telle sorte sur l’Internet mondial.

Je me suis dit que je lisais un dernier article que j’ai déjà lu trois fois et qu’après je me mettais à travailler.

J’avais fini mon café, je me suis dit que je m’en refaisais un avant de me mettre à travailler.

Je me suis fait un café et je me suis dit « Je vais mettre du lait en poudre dedans avant de me mettre à travailler ».

J’ai mis du lait en poudre dans mon café et je me suis assise à mon bureau pour me mettre à travailler.

Et là j’ai vu ma page Word, toujours ouverte, toujours vide et blanche, et je me suis dit qu’avant de me mettre à travailler, j’allais d’abord écrire un article très intéressant inutile pour raconter ma vie de procrastineuse sur l’Interweb.

Sur ce, je vais aller me mettre à travailler me faire un troisième café, checker mon facebook et me mettre à travailler.

Souhaitez-moi bonne chance !

Il faut vraiment que j’arrête de me verser n’importe quoi dans le gosier…

Par défaut

… est la lecon que j’ai tiré de mon week-end dernier.

(Et est aussi accessoirement une phrase qui a fait rire mon ancienne coloc quand je lui ai raconté mes mésaventures donc je me suis dit que ca ferait un bon titre d’article) (Je sais pas ce que vous en pensez).

C’est que nous avons vécu un week-end un peu fou, marqué notamment par notre présence au Pontoon trois soirs de suite, à commencer par le jeudi (fou vous dis-je). Le Pontoon, établissement pour clubbeurs que je fréquente régulierement pour une raison qui m’échappe dans la mesure ou je n’y aime ni la musique, concue a mon sens pour les Nurds sous Ecsta/Fans de David Guetta, mais remasterisée version Khmere, ni l’ambiance galochage de putes dans les recoins sombres (ou en plein milieu du dance floor – aucun problème). Quand aux cocktails, je ne vous en parle même pas, sauf si vous avez envie de débattre sur la composition d’un mojito sans menthe, ni citron, ni Rhum.

Bon, je dois quand-meme confesser que, quand jeudi j’ai vu un mec se balader en scooter sur la piste, j’ai été assez bluffée. Et aussi que la fille qui fait sa sieste à 4h du matin systématiquement allongée sur le lavabo des toilettes me fait bien marrer…

A part ca, aucun intérêt.

Bref, tout ca pour dire que pour me traîner au Pontoon, il vaut mieux me mettre préalablement dans une certaine condition d’ebriété. Or, mon coloc ayant formellement décidé que l’alcool dans les bars de Phnom Penh etait résolument trop cher (3$ le whisky-coca, vous vous rendez-compte?), il a inventé un nouveau concept, qui consiste a acheter des fioles de vodka à ONE DOLLAR dans les superettes ouvertes 24h/24 et de les boire dans la rue, comme des clochards.

Je vous déconseille fortement d’essayer.

Résultat de notre expérimentation du concept: tous les gens qui ont gouté a ce breuvage se sont vus, le lendemain, pousser de mystérieuses plaques rouges sur le cou et les épaules.

Sauf moi, qui ait développé un autre type de pathologie…

C’est-à-dire que le lendemain matin, je me suis trouvé dans un tel état d’euphorie que j’ai passé a peu pres 6 heures à rire comme une baleine sans m’arrêter et que j’ai a peine boudé quand j’ai perdu a la belotte contre mon-coloc-contre-lequel-je-perds-toujours-parce-qu’il-me-porte-la-poisse (le meme qui m’a fait boire cette Vodka inbuvable d’ailleurs).

Hélas cet etat d’esprit au demeurant fort sympathique n’a pas duré tres longtemps et vers la fin d’apres-midi, je me suis mise a penser a des trucs vraiment pas cools…

Genre… Genre des trucs tellement pas cools que je ne peux même pas les raconter. Vous voyez les trucs de la vie dont vous avez le plus peur qu’ils vous arrivent (et là je parle pas d’un bouton qui vous pousse sur le nez alors que vous avez rencardé le pote sexy de votre copine ou de votre boss qui vous capte alors que vous glandez sur facebook, non je parle de vrais trucs de la vraie vie qui font vraiment peur), eh ben imaginez que pendant deux jours vous êtes persuadés que ça va arriver, genre là dans quelques jours. Eh ben voila, c’etait ça ma vie jusqu’à mardi matin…

Bon, après près de deux jours passés dans une angoisse irrépressible a me taper tous les délires paranoïaques possibles et imaginables sur d’imminentes catastrophes, mon esprit détraqué s’est un peu calmée et a daigné retourner à un état normal – autant que faire se peut. Mais quand-même j’ai eu très peur…

Donc le fin mot de cette histoire, c’est que j’arrête l’alcool.

Nan je déconne! Mais par contre, fini la vodka douteuse, je me remets a la bière aux glaçons.

Santé!

PS: Ouais-ouais PapaMaman je sais très bien que vous lisez plus mon blog et ça me rend très triste, donc je bois et donc j’écris des articles sur le fait que je bois. CQFD.

J’ai écrit une lettre à mon propriétaire (et c’est pas une blague)

Par défaut

Je suis peut-être bientôt à la rue (t’inquiète Maman ça va s’arranger) parce qu’on fait trop d’apéros à la maison, que 12 personnes vivent à l’appart illégalement et qu’on emmerde le voisinage.

Du coup, dimanche matin, on avait genre pas mal la gueule de bois et on s’est dit que ça serait bien d’écrire une lettre au proprio pour dire comme quoi on était désolés et qu’on allait être sages désormais.

Je sais pas si c’était une très bonne idée…

« Monsieur le propriétaire,

Nous souhaiterions vous faire revenir sur votre décision de nous chasser de notre appartement à la fin de ce mois.

La raison en est qu’il est ressorti d’une étude récente que d’avoir une maison, c’est quand-même pratique pour toutes commodités du type manger, dormir, se laver, et que par conséquent, les clochards sont malheureux.

Que vont dire nos Mamans en France quand elles vont apprendre que leurs enfants sont SDF ? Avez-vous envie d’avoir des mamans tristes et 6 SDF sur la conscience ? Je ne crois pas.

Tous les jours, nous sommes très heureux de voir votre ventre proéminent se balader sur notre balcon et nous sommes particulièrement fans du poil de 40 cm de long qui pousse sur votre grain de beauté sur votre visage.

C’est également toujours un plaisir lorsque votre fille cinglée débarque dans notre salon avec son enfant nu dans les bras et nous jette des regards vitreux dont la signification nous échappe (ou passe 20 minutes à me regarder pendre mon linge sur la terrasse, pour une raison qu’une fois encore, je ne m’explique pas – suis-je particulièrement sexy lorsque je pend mon linge ? Je ne crois pas).

Nous trouvons un peu injuste que nous devions nous en aller alors que les chiens du voisin d’à côté n’ont apparemment rien de mieux à faire de leurs nuits que d’aboyer en permanence en se battant contre la porte en fer de l’entrée. Et à eux, personne ne dit rien.

Pareil pour les voisins du dessous qui se mettent à hurler pour no reason à partir de 6h du matin.

Honnêtement, si vous deviez choisir, préfèreriez-vous vraiment que ces chiens vivent dans l’appartement à notre place ? Je ne crois pas.

Lorsque nous avons signé pour cet appartement, nous avons signé pour un package, et l’environnement sonore en faisait partie. Or, nous n’en sommes pas satisfaits.

Pour vous prouver notre bonne volonté, nous allons revendre les chaises de 130 kilos dont vous avez meublé l’appartement et qu’on ne peut pas déplacer sans réveiller le voisinage entier, et nous mettre à manger par terre comme des pauvres.

Sinon, nous vous proposons aussi de profiter de ce mois qui nous reste à passer ensemble pour apprendre à se connaitre. Par exemple, vous pouvez commencer par venir boire un pastis avec nous.

En espérant vous avoir convaincus que nous sommes des locataires en or.

Cordialement,

Antoine, Pierre le Russe, Sabine »

Merci à Antoine et Pierre le Russe pour avoir inventé le contenu de cette lettre