Archives Mensuelles: mai 2012

Le Cambodge est décidemment un pays très sympâ…

Par défaut

Dans les rues de Phnom Penh, d’énormes hummers rutilants se frayent difficilement un chemin dans le chaos du trafic. Au volant, leurs conducteurs et leurs faces de cul riches et semblent te dire : « Salut. Je suis Riche. Par conséquent, le but ultime de mon existence est de faire chier les pauvres (et toi) en favorisant la congestion urbaine de la ville. Ça m’est complètement égal de passer 8 fois plus de temps sur la route que si j’avais dépensé 1000 fois moins d’argent dans un vélo (peuh, un vélo !) car pendant ce temps, tous ces gens qui me regardent se rendent compte que je suis supérieur à eux et ferment bien leurs gueules. Pour moi, tu n’es qu’une merde et tu ne peux rien faire contre moi sinon je t’explose la tronche avec le petit joujou a gâchette dissimulé dans ma boite a gants et dont je n’hésiterai pas à me servir si tu te permets d’effleurer mon véhicule de compétition avec le guidon crasseux de ta moto de sale pauvre. Maintenant, ouste ! Dégage de mon chemin, espèce de malpropre. »

Pendant ce temps, a Koh Kong, un homme qui aime la Nature, les montagnes et les forets de son pays et se bat depuis 15 ans parce qu’il n’est pas trop d’accord avec le fait que des gens malhonnêtes et assoiffés de profits puissent contourner les lois avec de l’argent et l’appui des autorités locales corrompues pour pouvoir couper des arbres dans des zones protégées, se fait abattre a la kalachnikov, sous couvert de « légitime défense ».

Pendant ce temps, à Kratie, au nom du développement, le gouvernement cède 15 000 hectares de terres à l’exploitation une société privée, obligeant des milliers de villageois à quitter leur village, sans promesse de relogement décent. Face à l’insurrection populaire, les gendarmes ouvrent le feu et abattent une gamine de 14 ans d’une balle dans l’estomac, toujours sous couvert de légitime défense. Des villageois en colère sont mis à nu, menottés et contraints de rester ainsi en plein soleil pendant des heures. Dans la capitale, un moine défenseur et militant des Droits de l’Homme,  est arrêté lors d’une manifestation en faveur des victimes d’expulsion.

Pendant ce temps, a Phnom Penh, un hôtel de luxe continue de payer ses employés cambodgiens a peine au dessus du seuil de pauvreté, alors qu’il engrange des centaines de milliers de dollars de bénéfices. Son manager, lui, traine sa bedaine proéminente de diners mondains en cocktails party ou tout le monde le respecte et le congratule.

Pendant ce temps, au bord de la mer, un homme au demeurant fort sympathique, pédophile a ses heures perdues, est amnistié par le gouvernement, qui considère sans doute qu’il est plus sûr pour l’avenir du pays de favoriser ses projets touristiques d’investissement immobilier, que de le mettre en prison pour abus sexuels sur 18 gamines mineures, voire vierges. Il se ballade aujourd’hui dans la Nature, sans doute a la recherche de nouvelles proies, ne faisant quand-même pas trop le malin car il a Interpol sur les talons…

Pendant ce temps, le Cambodge connait une croissance de 6 % et tout le monde est content : les Riches dans leurs hummers, la police impunie pour ses crimes, les compagnies privées d’exploitation foncière, les destructeurs de terres protégées dans l’illégalité, les autorités corrompues, les directeurs des hôtels de luxe, les pédophiles.

Pendant ce temps, moi je me dis que décidemment, question Sauvetage des Pauvres,  je ne me suis vraiment pas trompé de pays… C’est bien de savoir que je ne m’attaque pas du tout à une cause perdue d’avance.

Publicités

La Faille de la Rue 51

Par défaut

Qu’on se le dise, à Phnom Penh, il se passe des choses étranges. Par exemple, il y a cette rue, la rue 51, qui est le siège d’un phénomène très curieux. Dans cette rue de la soif, soit dit en passant située a deux pas de mon bureau, se côtoient deux mondes parallèles, selon l’heure du jour ou de la nuit a laquelle on s’y trouve.

Dénuée de tout intérêt notoire le jour, cette rue longe quelques restaurants peu fréquentés, de vague établissements fermés par des grilles de fer, un centre commercial fantôme et voit passer sous le soleil piétons, cyclistes, motos et tuk-tuk.

La nuit, cet univers figé se transforme, s’anime, a en devenir méconnaissable. Les portails métalliques disparaissent et laissent apparaitre des comptoirs de bars envahis d’expats, de cambodgiens et de chopes de bières. Les trottoirs déserts se remplissent d’échoppes de vente de nourriture en tout genre, en vue de rassasier les nombreux clubbeurs qui s’écoulent en un flot ininterrompu des boites de nuit et qui finissent tous attablés, de la mayonnaise plein le nez. Des quadragénaires ventripotents déambulent en tenant par la taille leur prostituées longilignes. Des pochards s’échouent sur le pavé en attendant qu’on leur dise quoi faire et ou aller…

Bon, en revanche, il y a toujours des tuk-tuk.

J’ai commencé à m’intéresser à ce phénomène il y a environ deux mois, à la suite d’un événement qui a totalement bouleverse mon univers sensoriel.

Dans cette rue, il y a un endroit qu’on appelle La Place à Boire. C’est très populaire. Il s’agit d’un bout de trottoir meublé de chaises en plastique de 30 cm de haut, et qui accueille tous les vendredis et samedis soir une trentaine de noctambules en quête de breuvage bon-marché a la composition extrêmement douteuse… Il fut un temps, j’y passais au moins un soir par semaine (depuis j’ai arrêté, rapport aux sus-mentionné breuvages qui le lendemain me donnaient l’impression que ma famille au complet allait mourir des maux de tête).

(Bon là ça se voit pas trop parce que la vendeuse de nouille bouche la vue avec sa charrette mais vous pouvez me croire: c’est la méga bamboula là bas derrière).

Le jour ou l’événement s’est produit, je rentrais de ma pause déjeuner. J’étais avec mon collègue et remontait tranquillement la rue en question le nez en l’air lorsqu’il me lance : « Tiens regarde, c’est la Place à Boire ». Et la, j’ai tourné la tête et j’ai vu ca:

(oui)

Alors bien sûr; comme je suis une personne totalement chtarbée à rationnalité modérée j’ai d’abord cru à un bug cosmique et je suis restée comme ca :

…pendant 10 minutes.

Quand j’ai compris qu’il n’y avait pas de bug, et que j’ai réalisé que j’étais de facto cernée de toutes part par les établissements dans lesquels je me mets la misère tous les soirs bois quelques verres à l’occasion, je me suis dit : « On me la fais pas, il doit y avoir un truc… ».

Depuis j’y réfléchis régulièrement et j’en ai déjà conclu qu’il faut être dans un certain état d’ivresse et de noctambulisme pour voir ces établissements, autrement invisibles a l’œil nu a l’heure du déjeuner et de la sobriété… (c’est sûr)

Bien sûr, je n’ai pas encore de preuve tangible pour expliquer ma théorie mais j’y travaille et je ne perds pas espoir d’élucider un jour le mystère et de prouver à la face du monde que j’avais raison.

En attendant, voila quelques clichés qui vous permettront d’aller plus loin dans la compréhension du phénomène.

L’Absinthe de nuit

(Et ses adeptes de bières à 1 dollar)

L’Absinthe de jour

(Et son tuk-tuk rutilant)

Le Heart of Darkness de nuit

(Avec des gens très contents devant)

Le Heart of Darkness de jour

(Avec la table en plastique du videur de jour)

Le Pontoon de nuit

(Et en bonus, un homme en marcel ADIDAS)

Le Pontoon de jour

(Et en bonus, la camionnette bleue du livreur de bière – coucou monsieur le livreur)

Le Kebab de nuit

(Et ses belles chaises, assorties à l’enseigne).

Le Kebab de jour

(Avec un truc chelou (et toujours rose) devant)

Et enfin last but not least, le Raksmey Burger de nuit

(Et son échoppe)

Et le Raksmey Burger de jour!

(Sans son échoppe)

Franchement, si après ca vous ne partagez toujours pas ma croyance en La Faille de la Rue 51, j’en déduis que vous-même descendez tout droit d’une autre planète.

A bon entendeur…

A votre avis…

Par défaut

Cette photo illustre le fait que :

  • Enceinte, je suis train d’acheter une bague qui scellera mon alliance éternelle avec le père de cet enfant dans un magasin de souvenirs (De plus, je n’ai pas remarqué que je portais la-dite alliance à la main droite car l’afflux hormonal du a ma grossesse rend ma capacité a aborder le monde extérieur a peu pres equivalente a celle d’un héroinomane).
  • Les chopes de bieres a 1 euro du Tiers-Monde, ca n’est vraiment pas bon pour la ligne et toute sustance issue de la fermentation du houblon doit décidemment etre consommée avec moderation (ce qui peut soit dit en passant aller de paire avec l’option précédente).
  • Travailler a sauver les pauvres, ce n’est pas toujours ce qu’on croit – des fois il peut arriver qu’on doive faire le mariole devant un photographe qui a apparemment envie de vous faire passer pour une patate a queue de cheval.

Si vous trouvez la bonne réponse je vous paye un paquet de Chupa Chups.

Ce week-end, c’est la Revanche des Héros!

Par défaut

Pendant que vous, pauvres mortels, vous vous tapez Koh Lanta a la télévision, moi mon week-end je vais le passer la:

Sur Koh Rong !

Pour ceux qui n’auraient pas saisi la subtilité de mon allusion, c’est THE Ile ou Koh Lanta édition 2012 a été tournée. Ouais-ouais.

Autant vous dire que, comme dirait la Princesse, je me prépare a un week-end pas mal ranké sur l’échelle de la coolitude universelle.

D’autant plus que cette histoire de Reality Show, ca m’inspire pas mal en terme d’organisation d’activités et tout ca.

Déjà, je suis plutôt  au taquet en terme de Revanche des Héros car figurez-vous que c’est bien la DEUXIEME fois que je pars briguer le titre d’Utlime Survivant de Koh Lanta sur cette ile. Or, la première fois, jeune débutante que j’étais, j’ai failli trépasser d’un mal de gorge déraisonnable suite auquel j’ai presque failli déclarer forfait. La dessus, tandis que je passais a ca de l’aphonie a vie, mon compagnon de voyage manquait de perdre un œil dans cette «jungle, luxuriante, infestée de serpents, mygales et scorpions » (source : http://www.tf1.fr/koh-lanta) (ah ils ont de l’imagination chez TF1).

Bref en termes d’Aventure et de Survie, on avait déjà eu pas mal notre dose.

Mais la comme dirait l’autre présentateur, maintenant on est rodés: « Les concurrents présents connaissent la difficulté de gagner, ils sont redoutables. Ils n’ont pas l’insouciance qui peut animer des novices à leur arrivée sur l’île. Au contraire, les notions de performance et de débrouille sont déjà bien ancrées en eux » (Denis Brogniart) (Merci Denis).

Bon, question Epreuve de Confort, je pense qu’on peut oublier dans la mesure où on a réussi à avoir le dernier bungalow avec SdB, et qu’en terme de ration de riz, on va plutôt se la jouer crêpes au nut au petit dej, salade de patates au déjeuner et poissons au barbecue le soir.

Par contre, faisant oeuvre de Performance et de Debrouille, on peut imaginer des parties de Beach Volley ou des combats aquatiques en forme d’Epreuve d’Immunité, ou la personne qui remporte le Totem est immunisé contre le fait de payer des coups à sa team le soir (par contre, les louseurs doivent lui payer ses coups a elle). Sympa non?

Pas de Conseil, ni de dégustation d’yeux de crocodiles prévus au programme. However, on peut toujours se retrouver nez-a-nez avec un tigre puisque qu’apparemment yen a plein a Koh Rong (décidemment TF1 c’est LOL).

Je sens qu’on va bien rire les copains.

Je vous raconterai (si vous êtes sages). Passez un bon week-end !

PS : Pour en savoir plus sur la question, vous pouvez toujours lire l’article de Rachel (ou la page Wiki de Koh Lanta) (oui ils ont une page Wiki, je sais, c’est ouf).

Vous êtes pas dans la merde…

Par défaut

(Je dis ca je dis rien)

On nous prédit tout et n’importe quoi suite a l’élection de François Hollande a la tête de l’Etat, eh bien laissez-moi vous dire la Vérité : vous les français vous avez fait une belle connerie. Je sais pas si vous réalisez mais la fin est proche la, la fin de la France. Moi je suis bien planquée dans le Tiers-Monde mais vous…

Je me demande vraiment ce qui vous a pris.

Le chômage ca vous dit quelque chose ? Bon eh bien vous feriez bien de vous faire a l’idée parce qu’au niveau des Marchés, ca va être un sacré bazar. Je sais pas si vous savez mais le CAC 40 il va pas être très très content de votre choix… On va vite nous coller un joli BBB qui va nous faire regretter l’ère du libéralisme effréné. Qu’est ce que vous voulez qu’on fasse avec un BBB ? Merci la France de l’inconscience.

Sans compter que, de toutes façons, les français vont tous s’arrêter de travailler puisque les socialistes – c’est bien connu – adorent filer du blé au gens qui foutent rien. Personnellement, ca me parait plutôt sympa comme plan, l’assistanat sous François, mais c’est pas ca qui va remettre la France au Vrai Travail.

La dessus, tous les Riches de France et de Navarre vont mettre les voiles. On n’en avait pas déjà eu assez avec la perte de Johnny, il va maintenant falloir imaginer une France sans Liliane Bettencourt… Et comme si l’exil des Riches ne lui suffisait pas, Hollande veut en plus baisser de 30 % les salaires des hauts fonctionnaires de l’Etat (dont le sien, nan mais quel imbécile celui-là). Comme ca eux aussi vont se casser en Suisse ! On aura l’air fin sans ministre.

Tout cela sans compter l’invasion des Arabes, auxquels on va accorder le droit de vote par-dessus le marché ! Moi je vous le dis, dans deux mois, y aura des mosquées a tous les coins de rues et on se fera réveillés tous les matins par le muezzin, on égorgera des moutons dans la rue et on bouffera tous du couscous a même le sol tournés vers la Mecque.

Pour finir, je sais pas ou Hollande est allé chercher cette idée débile selon laquelle il fallait créer des postes de profs pour améliorer l’éducation de nos enfants… Absurde. Ca va encore bien plomber notre compétitivité tout ca. Et c’est pas comme ca qu’on va élever l’élite de la France et cultiver la méritocratie.

Maintenant c’est sur, plus rien ne peut nous empêcher de finir comme les Grecs. Vous n’avez pas l’air d’être au courant mais moi j’ai entendu que les gens la bas en étaient réduits à s’entre-dévorer pour survivre. C’est vraiment l’avenir dont vous rêvez pour la France ?

Nan franchement, je sais pas ou vous aviez la tête mais je sens que je vais bien rigoler…

Après le buzz

Par défaut

Comme vous pouvez l’imaginer, en ce moment, je suis en plein questionnement existentiel.

Car, voyez-vous, cela fait 9 mois que j’étale ma vie sur l’Interweb, et j’ai récemment réalisé qu’en fait, tout le monde s’en fout.

Sympa. Merci.

En revanche, quand, prise d’une crise d’échauffement, je m’invente une vie de travailleuse fasciste, raciste et anti-démocratique, voila ce qui arrive a mes stats :

Et a mon décompte de partages sur facebook:

Croyez-moi je suis en plein désarroi.

Ben oui parce que, pendant qu’en France, on était en train de frôler le drame, la vie au Cambodge continuait, elle. Mais ca, bien sur, tout le monde s’en tamponne la cacahuete!

Franchement, c’est un coup dur, je ne sais vraiment pas quelle tournure va prendre ma vie mon blog après ca…

Je vous tiens au courant.

PS : au moins ca m’évite de vous raconter mon voyage au Laos. De toute façon je n’avais pas trouvé d’angle particulièrement intéressant pour la narration.

A part le fait que j’ai enfin – après deux ans – découvert le mode panoramique de mon appareil photo.

Je suis assez fière de moi.

PS 2: Commentaire sur l’election a venir mais franchement c’est pas joli joli. Maintenant que Flamby a ete elu, je pense vraiment que vous allez tous mourir (la note de la France va etre degradee bordel, what were you thinking?!).

A toute.

 

Le seul (autre) scénario possible

Par défaut

C’est fini. C’est joué. C’est plié.

Hollande va gagner.

Les derniers espoirs de victoire pour Sarkozy sont partis en fumée. Marine votera blanc, Bayrou votera rose et le président sortant s’est cassé des dents sur un Flamby impitoyable au débat présidentielle (contrairement a ce que j’avais prédit).

Plus rien ne semble pouvoir contrer l’inexorable ascension du Parti Socialiste vers le pouvoir.

Plus rien… ? Alors pourquoi ai-je toujours cette boule d’angoisse au creux de l’estomac, cette lourde impression que, quand-même, quelque chose pourrait mal tourner, cette appréhension de la mauvaise surprise, du dénouement foireux, de l’amer coup de théâtre… ?

Parce qu’il y a quand-même un tout dernier scenario envisageable : celui du spectre de l’abstention, de l’inévitable démobilisation, du cri de triomphe un peu hâtif suivi d’une mauvaise volonté globale dévastatrice, de la certitude de l’emporter qui l’emporte sur la victoire…

Chers lecteurs, rien n’est joué. L’élection c’est dimanche. N’oubliez pas d’allez voter !