Vis Ma Vie de…

Par défaut

L’autre jour, un expatrié m’a dit : « Si t’es pas venu au Cambodge pour vivre comme une Cambodgienne, eh bien RENTRE CHEZ TOI ! »

(Cette personne avait eu une dure journée).

Alors bien évidemment j’ai commencé par me dire : « OH MY GOD cette phrase est l’une des plus stupides jamais entendues dans ma vie ». Passé cette première réaction, ca m’a quand-même fait réfléchir et je me suis mise à imaginer comment je pourrais mener la vie d’une Cambodgienne…

Je me suis vue mener la vie de certaines filles de ma classe : trouver un emploi dans une grande banque. M’acheter un énorme Hummer. Faire 3 manucures par semaine. M’attifer en sac Vuitton, lunettes de soleil Dior, chemisier Chanel et ceinture Gucci. Refuser de me baigner pour ne pas abimer ma peau que j’entretiens avec tant de soin a grand renfort de crèmes L’Oréal. Vivre chez mes parents en attendant de trouver un bon mari…

Je me suis dit que c’était pas trop pour moi.

Je me suis vue vivre comme ma copine cambodgienne. Partager ma chambre avec mes copines dans un foyer géré par une ONG française, recevoir l’argent d’une marraine parisienne, faire la fête avec mes copains français et recevoir des leçons de morale de volontaires qui croient avoir tout compris au développement parce qu’ils sont au Cambodge depuis 6 mois et estiment que je devrais faire attention a la manière dont je dépense l’argent du néo-colonialisme.

Je me suis dit que ca devait être sympa (sauf pour les leçons de morale) mais bon, entre nous, QUI pourrait sérieusement songer à me parrainer (a part ma propre génitrice, ce qui ne compte pas vraiment) ?

Je me suis vue vivre comme ma femme de ménage et passer mes journées courbée sur mon balai ou ma pile de vaisselle.

Je me suis dit que c’était pas vraiment la vie dont je rêvais mais qu’au moins, j’enverrais mes marmots à l’école et non à trainer les rues pour vendre des bracelets aux touristes.

Je me suis vue vivre comme ces filles qui trainent tard le soir aux abords des boites de nuit.

Je me suis dit que c’était pas la peine d’aller beaucoup plus loin dans l’exploration de cette option la.

J’ai bien réfléchi, bien examiné toutes les possibilités qui s’offraient a moi pour vivre comme une Cambodgienne…

Et puis finalement – et n’en déplaise a cette personne –, je me suis dit que j’allais continuer a vivre comme une connasse d’expatriée : gagner 5 fois le salaire moyen cambodgien a Phnom Penh, manger de temps en temps de la nourriture importée, ne pas faire beaucoup d’effort pour apprendre la langue locale, payer ma femme de ménage, m’apitoyer sur le sort des putes et des enfants des rues, et me croire parfaite parce que je bosse dans une organisation qui sauve les pauvres.

Je ne pense pas que les Cambodgiennes m’en voudront beaucoup et les moutons seront bien gardés.

Une réponse "

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s