Archives Mensuelles: février 2013

La Légende des Bandits de Florange (ou comment ca a chauffé cette nuit pas loin de Spycker)

Par défaut

Cette nuit j’ai encore frôlé la mort. Il faut trop que je vous raconte.

J’étais avec deux autres gens mais je ne sais plus trop qui ils étaient. Je mets ca sur le compte de l’expérience traumatisante dont je ne conserve que des souvenirs brumeux. Par ailleurs, il se peut aussi que ces deux personnes aient changé de visage en cours de route… Mais je suis presque certaine qu’à la fin du moins, il s’agissait d’Antoine (Antoine c’est mon mec) et Marion (Marion c’est une copine du Cambodge). Marion nous avait invités à aller manger chez des gens qu’elle ne connaissait pas mais qu’elle devait rencontrer quand-même et elle nous avait dit que nous aussi on pouvait venir, même si on les connaissait encore moins (avouez que ca sonnait louche cette affaire…).

Et donc on est arrivé chez ces gens qui étaient de prime abord tout a fait charmants et propres sur eux, même si, quand je repense a ce qui s’est passé par la suite, ils me font plutôt pensé a Jack et Jil, les deux méchants du film Le Chat Potté (BTW, ce film est encore plus perché que l’histoire que je suis en train d’écrire, je vous le conseille) :

Monsieur et Madame Mocheté

Apres quelques instants de discussion, on s’est rendu-compte qu’en fait, leur intention n’était certainement pas de nous offrir des toasts au saumon fumé avec de la clairette a l’apéro (alors que moi j’étais justement venue pour ca) mais qu’ils pensaient plutôt a nous emmener dans un endroit très secret (comme un terrain vague plein de seringues d’héro et de capotes usagées) pour nous faire beaucoup de mal – je ne peux pas trop vous expliquer comment on en est arrivés a cette conclusion la, mais c’était plutôt clair comme de la Contrex qu’on avait a faire a deux gros sociopathes mentaux et qu’on allait bien douiller du slip.

Heureusement, j’ai tout de suite pensé à une solution très intelligente et, rapide comme l’éclair, j’ai attrapé mon GSM Nokia 3310 pour envoyer un texto à ma mère et lui dire de venir nous tirer de ce mauvais pas. Le petit problème c’est que je n’avais aucune idée de l’endroit de la planète on se trouvait alors j’ai demandé a Germaine-La-Vilaine où on était en fait. La elle m’a dit qu’on était a Florange (lol), juste après Spycker (Spycker c’est un bled pommé de mon homeland de Ch’tis donc double lol) (Au fait ca se prononce Spikère et pas Spaïkeur) et que la on allait aller a l’église (triple lol). Du coup j’ai envoyé un SMS à Maman pour lui dire « On à chaud aux fesses, viens sauver notre peau à l’église de Florange. PS : c’est le village juste après Spycker ».

Sur ces entrefaites on est monté dans la voiture, plutôt confiants a l’idée que ma reum allait de toutes façons débarquer très vite a l’église avec son gang de copains très musclés pour casser la gueule a Gertrude-La-Gueuse et Gilbert-Le-Crado avant qu’ils aient le temps de trop nous amocher, mais la, TENEZ VOUS BIEN, Gertrude elle s’est retourné vers moi avec un air mauvais et plein de gouaille pour me dire « Ta mère, elle peut toujours nous attendre a l’église de Florange parce que c’est pas du tout la qu’on va ! (mouahahahah !!!) ». LA GREDINE. Je savais même pas comment elle savait pour le texto…

Du coup je me suis fâchée tout rouge car je m’étais faite roulée dans la semoule comme une débutante par cette fripouille, et j’ai commencé à dire « Ola ola Monsieur et Madame Scélérats, c’est quoi votre délire ? On vous connaît même pas et vous nous cherchez des noises, c’est quoi que vous allez nous faire exactement la hein, NOUS TUER C’EST CA ?! » (honnetement, je préférais etre fixée tout de suite), ce a quoi Nasty Cunégonde a répondu que Non, pas exactement (hin hin hin), ce qui sous-entendait qu’ils allaient pas nous tuer a proprement parler mais que bon le résultat serait le même (c’est-a-dire qu’on serait morts). On pourrait croire que j’avais super peur a ce moment, mais même pas, j’ai juste continué a me vénère super fort, j’étais prêt de la fenêtre de gauche a l’arrière de la voiture et je n’arrêtais pas de soupirer très fort en croisant les bras pour marquer ma désapprobation (comprenez : je n’étais pas spécialement emballée a l’idée de me faire saigner par ces deux babaches et en plus ma mère allait se déplacer pour rien, heureusement que Spycker c’est pas trop loin de chez moi).

Au final, a force de persuasion, on a réussi a reprendre le dessus sur nos agresseurs (je ne sais plus bien comment, peut-être que Marion a accepté de coucher avec Jacquouille en échange de notre vie – pour me sauver je sais qu’elle en serait capable) qui ont daigné nous expliquer pourquoi ils voulaient trop nous butter, et en fait le pourquoi du comment, c’est pas du tout parce qu’ils étaient des maniaques dégénérés, non, ils avaient une vraie raison de nous en vouloir : en fait Marion, une fois, elle s’était engueulé avec une pote a eux pendant DEUX HEURES (de suite) et ils voulaient la venger (je sais pas si vous vous rendez-compte ce que c’est que de s’engueuler pendant deux heures mais ya de quoi en attraper des envies de meurtre j’avoue). Pour la petite histoire, cette fille en question elle avait d’ailleurs un prénom super chelou qui avait des consonances bretonnes mais qui a mon avis n’existe pas du tout dans la réalité (du genre Égré ou quelque chose comme ca).

Après tout ca moi j’étais quand-même un peu soulagée d’en être sortie vivante mais je vous raconte pas le scandale que j’ai tapé quand j’ai appris que j’avais failli crever a cause d’une pauvre meuf au nom improbable que je connaissais même pas parce qu’elle s’était engueulé des semaines plus tôt avec ma pote, probablement pour des histoires de vernis a ongles en plus.

Après je me suis réveillée et j’ai préparé le café.

Bref, j’ai pris du LSD fait un rêve.

Publicités

En parlant de lasagnes…

Par défaut

En ce moment en France (ne croyez pas que je ne suis pas au fait de l’actu parce que je vis dans le Tiers-Monde, ici AUSSI nous avons Internet), on ne parle plus que d’une chose : lasagnes au cheval, lasagnes au cheval, lasagnes au cheval. Cette putain de viande de cheval, elle commence par me sortir par les trous de nez comme du hachoir a la boucherie (je vous laisse un moment pour enjoyer cette image).

Pour être très franche, ca me fait doucement marrer cet espèce de bataillon de vierges effarouchées qui agissent comme si on ne savait pas encore, depuis des décennies, la merde que nous vendent les industriels et comme si, d’ailleurs, on en avait quelque chose a foutre. Est-ce que les gens sont VRAIMENT débiles au point d’être intimement persuadés que les lasagnes Findus étaient faites à partir de viande de bœuf du boucher du coin, avec des tomates bio de l’AMAP du quartier ?!

NAN MAIS SERIEUX.

Apres les scandales de la farine animale, de la vache folle, de la grippe aviaire, de la fièvre aphteuse, du lait en poudre a la mélanine, de la bactérie E.coli, du mec qui crève d’une overdose de vomi chez Quick, du poulet a la dioxine… est-ce que les gens vont enfin réaliser un jour que la seule manière de bouffer correctement, c’est d’acheter un cabas et un tablier, de bouger son cul pour aller acheter des produits frais et de les cuisiner soi-même, et arrêter de s’offusquer et de crier a l’infamie et a l’esclandre quand ils apprennent qu’ils ont mangé du caca de cheval au lieu du caca de vache comme prévu.

Excusez-moi mais… c’est la même merde!

Bref, en bonus de cet article : la recette des lasagnes, telle que je la tiens de ma grand-mère marmiton.org

Ok, ca prend 45 minutes et ca coute un peu plus que 3.50 euros mais c’est vraiment beaucoup mieux bien ranké sur les échelles de la santé hygiénique, du gout gastronomique et de la raison intelligente.

A vos tabliers !

PS : en attendant d’aller faire votre béchamel, vous pouvez toujours loler un peu sur ces images (perso, j’ai une grosse préférence pour la 2eme)

Beef Chevalol Le-drame-Findus Martine

PS 2 : s’il vous plait laissez-moi quand-même boire des whisky-coca-light a l’aspartam ce week-end car je suis au régime (et aussi manger des Raksmey burgers, merci).