Taper une crise de nerfs dans les toilettes de la cantoche*: check

Par défaut

*Quand je dis la cantoche, je parle pas de la cantine de l’Ecole primaire, celle dégueue ou il fallait toujours finir sa viande de cheval et ses haricots verts pour avoir droit au dessert (un yaourt nature) mais de ce resto rue 172 qui sert les pâtes aux champis les moins chers de Phnom Penh (3 US dollars pour ne rien vous cacher). Ce midi, mes pâtes, je les ai dévorés avec l’énergie du désespoir post crise de nerfs inter-commodités (je parle ici des chiottes) en bitchant de manière extrêmement nasty sur les gens de mon travail (TOUS !) (enfin presque).

Il faut dire que ce matin au travail j’étais pas vraiment une personne a classer dans la catégorie des gens détendus du slip et happy dans leur life. J’étais plutôt bien vener au contraire.

Pour commencer, depuis quelques jours il fait environ 40 650 degrés dans mon bureau (et dans l’ensemble du Cambodge d’ailleurs) et bien que je comprenne qu’on ait envie de sauver la planete parce qu’elle est tout autant dans la merde que les pauvres pas le budget pour se payer la clim parce qu’on préfère garder cette thune pour nos salaires de ministres (LOL), je dois dire que c’est pas forcement très facile de se concentrer sur une tâche quand au moindre mouvement, vous vous mettez a dégouliner comme si vous aviez (encore) couru le marathon d’Angkor et que votre tête semble s’être mise en mode pilotage automatique de l’abrutissement thermique insoutenable… (Concrètement j’ai sciemment décidé de ne foutre que le strict minimum pour ne pas me faire virer jusqu’à la fin de la saison chaude) (ou jusqu’au début d’une nouvelle ère a mon travail ou les salariés seront traités correctement et pas comme du bétail entassé dans des locaux surchauffés) (mais pour ca je pense que je peux toujours rêver…).

Bref, en plus de tout cela, ce matin, j’ai encore du faire face à une pénurie de graphistes et moi, sans graphiste, je suis au chômage technique (en plus d’être en grève. Autant vous dire que je me fais pas mal chier dans ma vie…). Or, les designers c’est cette race à part de gens caractérisés par deux choses : 1. Ils sont supérieurement intelligent (I mean, ils savent utiliser photoshop !) et 2. Leur todolist est à peu près aussi longue que la liste de courses de Mémé Jocelyne quand elle fait ses courses de la semaine en fonction de son menu Weight Watcher.

Alors après moi hein je veux bien faire leur boulot, aux graphistes, mais mes connaissances en matière de graphisme ca se limite à tracer des ronds et des rectangles sur publisher alors bon… C’est pour ca que quand je demande a mon boss de me laisser suivre une formation indesign (pour moi aussi savoir faire des trucs stylés avec les outils lasso, pipette et contour progressif), j’aimerais bien qu’il dise oui, mais, comme il est schleu, il kiffe trop l’austérité et le respect des règles de la logique disciplinaire : les graphistes font du graphisme et les marketeurs font du marketing (et ferment leur gueule).

Moi, normalement, j’ai un graphiste, il est a moi (oui), sauf qu’il est tellement bon que depuis qu’il est arrivé, tout le monde se l’arrache et il bosse sur TOUT sauf sur ce que je lui demande, et en plus je peux rien dire car je suis pas sa chef (je suis juste sa propriétaire) donc il faut que j’en réfère a mon boss (le schleu) et retour a la case départ : il me dit pour la millième fois que NON, j’aurais pas de formation indesign (SCHEISSEUH) et qu’on a deux autres graphistes je te signale t’as qu’a aller voir avec eux (en vrai il me parle gentiment hein) (il dit pas des gros mots). Moi je veux bien mais déjà ils sont cambodgiens (on dirait que c’est raciste mais en fait non) donc pas tres bien rankés sur l’échelle de l’organisation et de l’efficacité (eux par exemple ils ont pas de todolists, c’est un concept qui leur est parfaitement abscons) et qu’en plus, leur chef c’est encore un autre bonhomme dont le bureau est situé a au moins 20 mètres du mien et comme il fait trop chaud, je ne peux pas absolument bouger mon gros cul pour lui demander si je peux lui emprunter son personnel (CQFD).

(La bonne nouvelle dans tout ca c’est que je viens de sortir de ma blog léthargie, ca faisait un mois et un jour que j’avais pas posté les gars, merci la grève et vive le chômage !).

"

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s